UFP

unitendified flying person

2010-2012

Paris, Berlin, Bruxelles

Ces personnages semblant défier les lois de la gravité s'invitent dans notre paysage quotidien.

Ils apparaissent puis disparaissent aussitôt. Ames errantes, entités énigmatiques, ils se situent

à la frontière du concret et de l'onirique.

... Ces personnages sont construits avec un véritable souci de réalisme, habillés et chaussés comme des hommes lambdas du 21ème siècle, leur position cache leur visage et ne laisse pas deviner qu'ils n' en ont peut être pas.

Paradoxalement à leur réalisme, leur créateur les place dans des positions spatiales "imaginaires", défiant la loi de la gravité et de l' apesanteur, comme pour interroger le réel et ses lois propres: pourquoi ne pourrai- je pas marcher sur le plafond ou à la verticale d' un mur puisque ce personnage s' y tient, tel un humain "à l' envers" ? Qui de nous ou de lui est donc "à l endroit"?

Ces personnages "surréalistes" viennent questionner l' équilibre entre le réel et l' imaginaire, le possible et l' impossible.

Le visage souvent "caché" dans leur jambes, ces personnages sont anonymes et ne semblent pas appartenir à une catégorie sociale ou culturelle. Par leur position solitaire, souvent recroquevillée et dans une place qui les isole ou les décale du passage, ils apparaissent comme le double solitaire et déchu, que tout un chacun pourrait avoir. Pour le passant devenu malgré lui "spectateur", cette impression de "solitude" prend d' autant plus de force qu' ils sont placés dans une ville où grouille la foule.

Aussi, dans cette capitale qu'est Paris et qui a vu naître ces personnages, ces figures isolées , dénuées d' attaches, recroquevillées comme pour se protéger du froid ou de la vie, nous renvoient forcément à l' image du SDF.

Ces pantins incarnent le fait d' être seul dans une autre réalité, au sens premier comme au sens figuré.

Leurs positions incongrues saisissent le passant,le surprennent et l' oblige à se confronter à cette image d' un humain seul et décalé, effet que la vision du SDF ne produit plus forcément comme banalisée par les passants habitués à voir ces âmes errantes peupler leur ville.

En cela, ces personnages s' immiscent dans notre réalité d' une manière intrusive, voire violente, en nous obligeant à y faire face.. Et au moment où notre œil pourrait s' y familiariser, ils disparaissent comme pour rester non identifiables ou pour garder leur pouvoir d' interrogation et leur mystère..

NBK

Pour changer le nom de votre site, utilisez 'Page Maître' dans le menu 'Design'

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player